Tatzelwurm, le ver des Montagnes

par DRAGON NEWS janvier 17, 2020

Tatzelwurm, le ver des Montagnes

Le tatzelwurm est une bête ressemblant à un dragon et un cryptique signalés dans les régions montagneuses des Alpes couvrant une partie de l'Autriche, de la Bavière et de la Suisse.

Il est connu sous plusieurs noms dans différentes régions.

  • Stollenworm (Ver des tunnels)
  • Bergstutzen (Souche de montagne)
  • Springwurm (ver sauteur)
  • Daazelwurm
  • Praatzelwurm
  • Arassas (Alpes françaises)

 

Description

Le tatzelwurm a un corps en forme de serpent d'une longueur de 2 à 6 pieds, avec deux pattes avant griffées, mais pas de pattes arrière. Il a une peau lisse et glabre couverte d'écailles délicates. Son trait le plus distinctif est une grande tête avec de grands yeux semblables à ceux d'un chat, sauf qu'il a des écailles au lieu de poils. Le tatzelwurm peut atteindre au moins six pieds de long, mais certains spécimens, peut-être des juvéniles, sont considérablement plus petits. Le folklore local soutient que le Tatzelwurm est capable de se défendre en expulsant des fumées toxiques qui sont capables de tuer un humain

Une photographie du Tatzelwurm a été revendiquée. Elle a été prise en 1934 par un photographe suisse nommé Balkin qui a pris une photo de ce qu'il pensait être une bûche très particulière. Lorsque l'appareil photo a clignoté, la "bûche" s'est envolée.

 


Observations

L'existence de la créature a été exceptée comme fait dans les Alpes et elle est apparue dans plusieurs livres sur l'histoire naturelle alpine et la chasse aux côtés d'animaux plus familiers. Le naturaliste suisse Friedrich von Tschundi était convaincu de la réalité de la créature et écrivait en 1861...

"Dans l'Oberland bernois et le Jura, la croyance est répandue qu'il existe une sorte de "ver des cavernes" qui est épais, de 30 à 90 cm de long et qui a deux courtes pattes ; il apparaît à l'approche des tempêtes après une longue période de sécheresse...

"En 1828, un paysan du canton de Soleure en a trouvé un dans un marais asséché et l'a mis de côté dans l'intention de l'apporter au professeur Hugi. Mais entre-temps, les corbeaux en ont mangé la moitié. Le squelette fut emmené à la ville de Soleure, où ils ne purent pas décider de ce qu'il était et l'envoya à Heidelburg - où toute trace fut perdue".

Dans les années 1930, le Dr Gerhard Venzmer et Hans Fulcher ont recueilli les dépositions de 60 témoins. Tous ont convenu qu'elle mesurait de 30 à 60 cm de long, qu'elle était de forme cylindrique et que sa queue se terminait brusquement. Elle avait une grande tête émoussée qui s'enfonçait directement dans le corps sans rétrécir dans la région du cou. Les yeux étaient grands et le corps était écaillé. Il sifflait comme un serpent.

Il y a eu des observations plus au sud en Europe aussi. Des créatures similaires ont été signalées en France, en Italie et en Sicile. Il y a même eu un rapport de ce qui ressemble beaucoup à un Tatzelwurm du Danemark en juin 1973 ! Bien que la plupart des autorités aient traité le Tatzelwurm comme un reptile mystérieux, d'autres ne sont pas d'accord. Un maître d'école autrichien qui en a rencontré un en 1929 alors qu'il explorait une grotte sur le Tempelmauer a cru qu'il s'agissait d'une salamandre géante.

"J'ai commencé à chercher l'entrée de la grotte. Soudain, j'ai vu un animal ressemblant à un serpent, étendu sur le feuillage pourri qui recouvrait le sol... Sa peau était presque blanche, pas couverte d'écailles mais lisse. La tête était plate et deux pieds très courts sur la partie avant du corps étaient visibles (......) "Mon" Tatzelwurm n'avait pas de grandes griffes mais des pieds courts et atrophiés ; sa longueur ne dépassait pas 40 ou 45 centimètres. Le Tatzelwurm est très probablement une variété rare de salamandre vivant dans des grottes humides et ne venant que rarement à la lumière du jour".

Au cours des dix dernières années, les habitants de Tresivio, dans la vallée de la Valtelina, une région d'Italie située à la frontière suisse, ont observé à plusieurs reprises une créature inhabituelle, décrite comme un "lézard bipède agile, d'environ un mètre de haut et de près de deux mètres de long". La première observation, rapportée par les journaux à l'été 2009, " était considérée comme un incident isolé ", et avait été faite " il y a quelques années ". Un jeune étudiant en sciences agricoles a repéré l'animal, mais à l'époque, personne ne l'a cru. Maintenant chercheuse adjointe, elle s'en tient à son rapport. " Je ne rêvais pas ! Je l'ai vu clairement de mes propres yeux. Il s'est approché de moi, marchant sur ses pattes arrière. Les pattes antérieures étaient très petites. Il ressemblait à un vélociraptor préhistorique, et en général il ressemblait à un lézard de surveillance. Pourtant, alors que les moniteurs se déplacent sur quatre pattes, celui-ci s'est mis debout. Son dos était près de 80 cm au-dessus du sol, avec la tête près d'un mètre. Je suppose qu'il faisait un mètre et demi ou deux mètres de long." (Il Giorno, 7 août 2009).

Ces souvenirs ont été publiés parce que le monstre est réapparu en juillet 2009, observé à plusieurs reprises par des témoins locaux de Tresivio et de Ponte. " Ce n'est pas un iguane, il est moins massif, et nous l'avons vu courir ", ont-ils déclaré à un journal local, qui a noté que " beaucoup de gens n'en doutent plus maintenant ". Avec l'été et la chaleur, l'étrange reptile sort de sa cachette..." Un fruiticulteur de Ponte l'avait vu, en juillet : "J'avais garé mon tracteur au-dessus du village sur la route de la Val Fontana. Il ressemblait à un lézard avec une longue queue. Il ressemblait à un kangourou... mais il avait des écailles, donc ça devait être un reptile."

En octobre 2009, un témoin anonyme a appelé le journal local pour signaler qu'il avait rencontré un reptile très curieux sur les rives de la rivière Longhella, entre Marostica et Vallonara. Il l'avait vu à deux reprises, les 4 et 5 octobre. Il pensait que c'était un lézard de contrôle, un iguane, ou peut-être un caïman - mais il était certain que c'était un reptile d'environ un mètre de long. On avait déjà constaté que des canards avaient disparu dans la rivière et on avait parlé d'une carpe géante que certains prétendaient avoir vue. Giornale di Vicenza, 6 octobre 2009.

 


Théories

Les rapports sur ces créatures sont devenus très rares, de sorte que les cryptozoologues pensent que, si le tatzelwurm existait au départ, il est peut-être éteint aujourd'hui. Les spéculations sur ce qu'il aurait pu être se concentrent sur les lézards, les salamandres, les serpents et les loutres.

Certaines salamandres ont des pattes très ratatinées, alors peut-être que le tatzelwurm était une salamandre géante qui était autrefois originaire des Alpes européennes, une créature équivalente aux salamandres géantes connues que l'on trouve dans les régions montagneuses.
Essayer de la classer comme une loutre présente un certain problème car la créature n'a pas de pattes arrière.
Heuvelmans a pensé que puisque le tatzelwurm a été décrit comme toxique, il pourrait être un parent du monstre de Gila, un des très rares lézards venimeux au monde. Les monstres de Gila ont aussi des queues "grosses" qui ressemblent beaucoup à celles des illustrations et des rapports sur le tatzelwurm. Les gila vivent normalement jusqu'à 4 800 pieds d'altitude dans les contreforts rocheux. Ils vivent dans des terriers habituellement creusés par d'autres animaux et restent dans leur terrier jusqu'à 95 % du temps. Si le Tatzelwurm est apparenté, la "timidité" du Gila expliquerait pourquoi les observations sont rares.
La description générale du Tatzelwurm (en dehors de sa taille) ressemble aussi à un amphisbaenien, le Lézard Taupe Mexicain.
Le zoologiste Richard Freeman a écrit qu'il pourrait s'agir d'un dipneuste australien (Neoceratodus forsterihas). Les dipneustes sont un groupe bizarre de poissons. Leurs vessies d'air sont modifiées pour agir comme des poumons qui leur permettent d'avaler de l'air. C'est un avantage certain en période de sécheresse. Les espèces sud-américaines et africaines peuvent également se reproduire en période de difficultés. La première s'enfonce dans des tunnels de boue ; la seconde construit un " cocon " de boue sur elle-même. Il y a six espèces, quatre d'Afrique, une d'Amérique du Sud et une d'Australie. Cette dernière espèce ressemble beaucoup au poisson à nageoires à lobe archaïque qui a rampé pour la première fois sur la terre ferme à la fin du Dévonien (il y a 408 à 360 millions d'années) pour donner naissance aux amphibiens.

 


Histoires

Premier récit

La petite fille d'une famille de paysans de l'"Oberhof" (littéralement ferme supérieure, nom très courant pour les fermes en Suisse) a reçu l'ordre de couper des poteaux de haricots dans la forêt de montagne de "Saal". Elle s'occupait donc de la tige d'un jeune sapin, qui, tel un tabouret, reposait sur trois racines régulièrement saillantes, formant un creux en dessous. Après la première coupe de la hache, un jeune "Stollenwurm" (ver de tunnel = Tatzelwurm) est sorti de dessous et a attaqué l'enfant. Il était de couleur grise, pas tout à fait aussi long qu'un bras, le milieu du corps avait à peu près l'épaisseur d'un chat, avait deux oreilles droites et coupées en rond, charnues et glabres, et marchait sur deux courtes pattes avant avec de petites pattes larges. Ainsi toute l'apparence était mignonne, seulement à l'avant de la tête se trouvaient deux yeux étrangement énormes, aussi grands que de petites roues et aussi brillants que des étoiles. Ce regard extrêmement brillant fit fuir l'enfant immédiatement. La narratrice, qui a vécu cela dans son enfance, est maintenant une veuve de soixante-dix ans. Non seulement elle insiste encore sur la véracité de l'expérience, mais elle ajoute que l'apparition de ce " Stollenwurm " a coïncidé avec un été exceptionnellement chaud. (Source : "Tales from the Fricktal", Frick, 1987/88)


Deuxième conte

En été 1717, le ramasseur d'herbes et racineur Joseph Scherer de Näfels était occupé au pied des "Glärnisch Hirschenzungen" (montagnes), pendant que son fils cueillait toutes sortes de fleurs. Soudain, le garçon poussa un grand cri. "Qu'est-ce qu'il y a", appela le père. Mais le garçon ne répondit pas, il fixa seulement un gros rocher avec un visage pâle et des yeux horrifiés. Le père trouva cela étrange. Il laissa son paquet d'herbes et se dépêcha de venir. Qu'est-ce qu'il a vu ? Sous un bloc de roche sifflait un animal horrible, dont la tête de chat faisait briller deux yeux sauvages et saillants.

Dès qu'il essaya de chasser la bête féline, elle se mit à remuer et tout le corps devint visible. Quatre courtes pattes armées de griffes portaient un corps tacheté, couvert d'écailles et aussi épais qu'une cruche à moitié remplie. L'animal fouettait la longue queue avec excitation d'un côté à l'autre, et il aurait sûrement sauté sur les deux personnes, si le cueilleur d'herbes n'avait pas rapidement aiguisé un bâton et percé l'animal avec. À la stupéfaction de Scherer, le bâton pénétra très facilement dans la chair, comme s'il avait percé une plaque de beurre. Mais du sang empoisonné et puant a jailli de la blessure. Quelques gouttes éclaboussèrent la jambe du botaniste, qui se mit immédiatement à gonfler massivement, de sorte que Scherer ne put que boiter difficilement pour rentrer chez lui. Pendant plus d'un mois, il a dû se faire soigner jusqu'à ce que l'enflure disparaisse enfin. Tout le monde était convaincu que l'herboriste avait tué un dragon. Bien qu'il ne fasse qu'un mètre de long et qu'il ne devait donc être que très jeune. Qui sait ce que le père et le fils auraient vécu s'ils étaient tombés sur un 'Lindwurm' adulte ? (Source : Glarner tales", collectionné et publié par Kaspar Freuler et Hans Thürer, 1968).

DRAGON NEWS
DRAGON NEWS


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Guide des tailles

VOTRE TAILLE DE BAGUE RAPIDE

 

guide-taille-de-bague

taille-de-bague-rapide

GUIDE DE TAILLE - BRACELETS ET BAGUES DRAGONS

 

La méthode est relativement simple, téléchargez les guides et assurez-vous de les imprimer en format A4 complet.
Cliquez ici -> 
guide des tailles 

 

COMMENT MESURER VOTRE TAILLE DE DOIGT ?

 

Il est essentiel de connaître la taille de votre doigt avant de faire votre achat.

Téléchargez Votre Feuille a imprimer ->  guide des tailles pour bagues ici.

Vous pouvez déterminer votre taille en utilisant un anneau parfaitement ajusté ou en mesurant la taille de votre doigt.