Le Vol | Créature | Dragon | Analyse scientifique

Analyse scientifique, Le Vol -

Le Vol | Créature | Dragon | Analyse scientifique

de lecture - mots

Le vol est l'une des capacités les plus reconnaissables des dragons typiques de la fantaisie et de la mythologie. La plupart du temps, c'est ce qui sépare les dragons des serpents.

dragon-en-vol
Mais dans la vraie vie, voler dans des Dragons occidentaux typiques semble très improbable. Ceci est principalement dû à deux raisons :

  • Les dragons sont des vertébrés, et en tant que tels, ils ne peuvent avoir quatre pattes et deux ailes, donc six membres.
  • Habituellement, les dragons sont dépeints comme de très gros dragons, et des animaux aussi gros ne pouvaient pas voler.

Examinons ces caractéristiques en détail :

  1. Nombre de membres
  2. Polymelia
  3. Ailes faites de tiges osseuses
  4. Wyvern
  5. Véritables hexapodes
  6. Dimensions et poids
  7. Os creux
  8. Organe de vol
  9. Petits dragons
  10. Thermique
  11. La queue d'un dragon
  12. Dragons sans ailes
  13. Références

1 - Nombre de membres sur un Dragon

Les tétrapodes ont généralement quatre membres. Celles-ci ont évolué à partir des nageoires des premiers Tétrapodomorpha lorsqu'ils ont acquis la capacité de marcher sur une terre. Certains tétrapodes, comme les serpents, ont perdu ces membres, mais aucune espèce de tétrapode ne possède plus de quatre pattes.

2 - Polymelia

Cependant, il existe des cas de tétrapodes ayant plus de quatre membres. Cette condition est appelée polymélie et est considérée comme une déformation. Par exemple, il y a des poussins qui naissent avec des pattes ou des ailes supplémentaires, mais ces membres supplémentaires sont généralement inutiles parce qu'ils ne sont pas entièrement fonctionnels[1].

Hypothétiquement, s'il y avait un animal qui gagnerait des membres supplémentaires entièrement fonctionnels grâce à la polymélie, cet animal pourrait avoir un avantage dans la compétition évolutive, donc il survivrait et donnerait les gènes responsables de la polymélie à ses descendants.

Un tel animal avec deux bras supplémentaires aurait pu être l'ancêtre des dragons. Une paire de bras aurait évolué en ailes plus tard.

3 - Ailes faites de tiges osseuses

Dragon de l'île de Rhodes
Le Dragon de l'île de Rhodes a des ailes qui rappellent les membranes de glissement de Coelurosauravus.

Peut-être que les ailes des dragons ne sont pas de vraies ailes. Au cours de l'histoire de la terre, il y a eu beaucoup d'espèces de reptiles qui avaient des côtes allongées ou des tiges osseuses dépassant de leur poitrine qui supportaient des membranes glissantes. Cela ne leur donnait pas la capacité de voler, mais de glisser d'arbre en arbre. La plupart de ces animaux n'étaient pas directement liés les uns aux autres, et avec Draco, il y a encore un genre de lézard qui glisse de cette façon.
Peut-être qu'il est possible qu'un ensemble de muscles se développe qui permet à l'animal de battre ces pseudo-ailes, lui permettant ainsi de voler activement.

De nombreuses légendes sur les dragons nous disent que le ventre est la partie la plus vulnérable du corps d'un dragon. C'est logique, puisque les côtes sont devenues des ailes, de sorte que les dragons n'ont pas de poitrine qui protège les organes vitaux du mal.

4 - Les Wyvern

Article principal : Les Wyvern

Les Wyvern sont des dragons avec une seule paire de pattes. Il n'est pas rare dans l'évolution que les animaux développent des ailes et acquièrent la forme corporelle d'un wyvern. En fait, tous les vertébrés volants connus de la science (oiseaux, chauves-souris et ptérosaures) ont une paire d'ailes et une paire de pieds, ce qui les rend essentiellement wyverns. Il y avait une espèce de dinosaure en forme d'oiseau, le Yi qi, qui ressemble vraiment à un wyvern à cause de ses ailes en forme de chauve-souris. Peut-être que chaque dragon est un wyvern et qu'il n'y a pas de dragons à six pattes.

Cette théorie est très probable, parce que le fait d'avoir quatre membres antérieurs ne laisserait pas beaucoup de place pour les puissants muscles thoraciques nécessaires au vol, alors peut-être que les dragons ailés à quatre pattes ne pourraient pas voler du tout même s'ils existaient.

5 - Véritables hexapodes

Certains scientifiques ont suggéré que les dragons sont de véritables hexapodes (animaux naturellement à six pattes) qui descendent de poissons à six nageoires. Cela ne ferait d'eux que des parents éloignés des tétrapodes.
Le biologiste M. May suggère que les dragons, avec d'autres bêtes de légende à six pattes comme les griffons, les pégases, les centaures et les anges, forment leur propre clade sœur de tétrapodes, tandis que wyvern et la Cockatrice sont tétrapodes[3].

Cette théorie est hautement improbable, car il n'existe aucune espèce connue de vertébré hexapode ni de sarcoptérygien à six membres. La raison en est que l'évolution des nageoires jumelées a eu lieu très tôt dans l'histoire des poissons et que seuls les poissons à quatre nageoires ont survécu depuis lors[4].

Dans quelques cas, les dragons ont été dépeints comme des arthropodes, surtout comme des insectes. C'est aussi très improbable, car l'atmosphère ne contient pas assez d'oxygène pour supporter des arthropodes de cette taille. De plus, la plupart des dragons mythologiques sont certainement des vertébrés, surtout des reptiles. Le seul dragon insectoïde de la mythologie est le Pyralis, alors que la plupart des versions fantastiques sont basées sur le mot libellule.
Plus d'informations sur la théorie des insectes sont fournies par Sviatoslav Loginovs dans son article Sviatoslav Loginovs On Classification of European Dragons[5].

Il convient également de noter que, bien que les insectes aient six membres, comme les dragons occidentaux, leurs ailes ne sont pas des membres, donc ils ont encore six pattes, alors que les dragons ont généralement quatre pattes.

Dans certaines œuvres de fiction, les dragons sont dépeints comme des extraterrestres. Dans ce cas, sur leurs planètes, il est tout à fait normal pour un être vertébré d'avoir six membres. Le Draco berengarius de Star Trek en est un exemple.

6 - Dimensions et poids d'un Dragon

La plupart des dragons fantastiques sont des bêtes géantes, ce qui les rendrait incapables de voler par leur seul poids. Le plus grand animal connu à voler est le ptérosaure Quetzalcoatlus qui peut avoir une envergure de 12m, mais comme les ailes constituent la majorité du corps, il était très léger (100-200kg). Les dragons, cependant, sont beaucoup plus volumineux, ce qui les rendrait aussi plus lourds.

Les adaptations suivantes pourraient les rendre assez légères pour voler quelle que soit leur taille massive.

7 - Os creux

Comme tous les autres animaux volants, les dragons ont des os creux, car les os constituent la majeure partie du poids du corps. Le fait d'avoir des os creux permet aux oiseaux, aux chauves-souris et aux ptérosaures de voler et est une ville idéale pour les vertébrés volants.

8 - Organe de Vol

La théorie la plus courante en dracologie est l'existence d'une vessie de vol. La vessie de vol est un organe que seuls les dragons possèdent, semblable à une deuxième paire de poumons. Dans cet organe, le dragon recueille les gaz de la digestion. La plupart des théories suggèrent également que les gaz dans la vessie de vol permettent au dragon de respirer le feu. Le premier à théoriser à propos d'une vessie de vol est le monde documentaire du dragon - une fantaisie devenue réalité. [6]
Il existe un organe similaire chez les poissons, la vessie natatoire, qui leur permet de flotter tout en nageant. Les poumons des vertébrés ont évolué à partir de la vessie natatoire.

Le premier à faire une théorie similaire a été Peter Dickinson dans son livre The Flight of dragons. Il a suggéré que les dragons n'ont pas de côtes, parce que celles-ci ont évolué en ailes, mais le corps garde sa forme à cause de la pression du gaz à l'intérieur du dragon. C'est peu probable car cela ferait du dragon un ballon à gaz vivant[7].

Selon Joschua Knüppe, les poumons des dragons (Draconiformes) ont augmenté en taille par rapport à leurs parents. Cela laisse moins d'espace pour leurs entrailles, c'est pourquoi ils doivent dissoudre leur nourriture avec de la Dracotoxine[8].

Aussi, selon certaines théories, les corps des ptérosaures étaient remplis de systèmes de sacs à air pour les rendre plus légers. Il y a un fossile dont la structure spongieuse sape cette idée. Les dragons pourraient théoriquement utiliser un système similaire[9].

De plus, Henry Gee affirme que toutes sortes d'archosaures, par exemple les crocodiles ou les sauropodes, avaient un système similaire de sacs d'air dans tout leur corps pour les aider à refroidir leur corps. Dans le cas des sauropodes et des oiseaux, ce système pourrait aussi rendre le corps plus léger, dans le cas des oiseaux pour les aider à voler, dans le cas des sauropodes pour aider leurs tailles géantes. Gee suggère que les dragons pourraient avoir un tel système parce qu'il serait plus efficace qu'une vessie de vol. De plus, il suppose que les écailles des dragons les aident à réduire la traînée de l'air en vol[10] Ce système de sacs d'air pourrait être un trait basal des archosaures, ce qui inclut peut-être les dragons[11].

9 - Petits dragons

Une autre théorie suggère que les dragons ne sont tout simplement pas aussi grands. La plupart des illustrations médiévales les dépeignent comme petites, peut-être que les dragons géants de la fantaisie sont simplement exagérés[12].
Cette idée correspond à la théorie selon laquelle les observations de dragons sont inspirées par les grands oiseaux. Ces oiseaux ne seraient pas aussi gros que les dragons fantastiques typiques.

10 - Thermique

Selon Leonardo Da Napilut (qui peut ou non exister), les dragons créent leur propre colonne thermique, en utilisant leur souffle de feu[13].

Une théorie similaire vient de Hugo de Folieto, qui croyait que le venin du dragon perturbe l'air, de sorte que le dragon est soulevé. Au Moyen-Âge, cette théorie était quelque peu répandue, c'est ce qu'affirme également Bartholomaeus Anglicus[14].

11 - La queue d'un Dragon

Pour permettre au dragon de voler, l'anatomie de la queue doit être adaptée au vol. La plupart des dragons sont représentés comme des animaux ressemblant à des serpents avec de longues queues, certains dragons (comme le Peluda ou les dragons de l'Inde) sont capables de restreindre leur proie avec leur queue.

En revanche, les animaux volants d'aujourd'hui, oiseaux et chauves-souris, ont une queue plutôt courte. Chez les oiseaux, les plumes de la queue forment une sorte d'éventail à diriger en vol, tandis que chez les chauves-souris, les membres postérieurs, reliés par une peau lâche, se chargent de cette tâche. Les ptérodactyles ptérodactyles ptérosaures éteints utilisent aussi leurs pattes postérieures, mais d'une manière différente des chauves-souris.

La raison en est qu'une longue queue crée de la traînée, ce qui rend les longues queues de nombreux dragons très improbables[15].

Pourtant, il existait autrefois des animaux volants à longue queue. Il s'agissait des ptérosaures rhamphorhynchoïdes (tous des ptérosaures nonpterodactyloïdes) et de plusieurs espèces de Paraves, dont certains oiseaux disparus.

Tous ces animaux avaient en commun que leur queue était raidie par des chevrons, de petites tiges osseuses dépassant des vertèbres. De ce fait, la queue ne pouvait être déplacée que latéralement, mais jamais dorsoventralement[16].

Naturellement, les animaux à longue queue ont aussi besoin de se diriger dans les airs. Pour cela, les rhamphorhynchoïdes ont une aube à l'extrémité de la queue, tandis que les lève-tôt avaient des plumes tout comme leurs cousins modernes. Dans la fantaisie moderne, la plupart des dragons ont aussi une aube de queue ou une sorte d'aileron en peau qui pourrait être utilisée comme aube directrice.
Cependant, la queue doit être rigide pour assurer la stabilité en vol, il est donc très peu probable qu'ils soient capables de contracter leurs proies avec leur queue comme le font certains serpents. En général, la queue d'un animal volant ne serait pas une très bonne arme. Les partisans de l'hypothèse de l'oiseau dragon suggèrent que l'idée d'une queue en forme de serpent est basée sur l'observation des longues plumes de queue de faisans et d'oiseaux similaires[17].

Il faut aussi noter que tous les animaux volants à longue queue sont plutôt petits, car pour les gros animaux, la traînée créée rendrait le vol impossible[15].

Un autre commentaire sur le corps serpentin vient du biologiste Peter John Hogarth. Il pense que les dragons ont évolué à partir d'ancêtres serpentins au cours des 5000 dernières années. Dans ce processus, le corps est devenu plus compact et moins serpenté. Ceci est reflété par les dragons dans l'art, qui étaient longs et serpentins dans l'art sumérien et grec ancien et plus tard sont devenus plus courts et ont gagné des ailes[18].

Bien que Hogarth argumente d'un point de vue mythologique, cette théorie pourrait également être vraie pour l'évolution biologique des dragons. Dans ce cas, la queue serpentine des premiers dragons s'est transformée en une queue rigide pour leur permettre de voler. Certaines espèces serpentines qui ne volent pas auraient pu survivre assez longtemps pour inspirer l'art des premières cultures.

12 - Dragons sans ailes

Peut-être que tous les dragons ne volent pas. L'idée de dragons volants pourrait provenir de voiles en forme d'ailes ou de plumes sur le dos des dragons qui ont été confondues avec des ailes, ou de vestiges inutiles d'ailes héritées d'ancêtres plus petits et aptes à voler.
Par exemple, les dragons orientaux sont rarement représentés avec des chants, mais ils ont des structures au-dessus de leurs jambes qui ressemblent à des plumes et pourraient avoir été confondus avec des ailes. Selon la plupart des mythes, ces dragons sans ailes sont capables de voler.

Il a également été dit que les dragons ont des écailles qui ne peuvent pas être percées par des épées. Une peau blindée lourde gênerait le vol et rendrait improbable que les dragons puissent voler.

References Anglophone :

  1.  Wikipedia: Polymelia
  2.  Drachen-Kompendium: Drachenbauch (German)
  3.  Dragons Nest: Robert M. May - the ecology of dragons
  4.  Biology letters: Unusual anal fin in a Devonian jawless vertebrate reveals complex origins of paired appendages
  5.  Sviatoslav Loginov: On Classification of European Dragons
  6.  Dragon's World (2004) in der IMDB
  7.  Peter Dickinson (1981), The Flight of the Dragon, HarperCollins, ISBN 978-0060110741
  8.  Hyrotrioskjan: Dracotoxine - the real dragon fire
  9.  Scienceblogs: Pterosaurs breathed in bird-like fashion and had inflatable air sacs in their wings
  10.  Discover-Magazine: How to explain your Dragon
  11.  Heise.de: Luftige Dinosaurier (German)
  12.  Boogleech: Creepy Classic Dragons
  13.  Amaranon Magazin, Ausgabe #3, Artikel: "Drachen und ihre Flugfähigkeit - Eine wissenschaftliche Annäherung" (German)
  14.  Medieval Bestiary: Dragon
  15.  15.0 15.1 TREY the Explainer: Cryptid Profile - The Ropen or "The Living Pterosaur"
  16.  Pterosaur.net Blog: Dragon Tails: What Pterosaurs Teach Us about Velociraptor by Dave Hone
  17.  Frontiers of Zoology: Gwiber Wyvern by Tim Morris
  18.  Peter J. Hogarth: Ecological aspects of dragons

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.