Fáfnir le Dragon

par DRAGON NEWS juillet 20, 2020

Fáfnir le Dragon

Le fafnir dans la mythologie nordique

Fafnir était un nain qui était connu pour avoir un bras droit fort et une âme courageuse. Fafnir était le fils du roi nain Hreidmar, et il avait deux frères, Otr et Regin. Quand il était jeune et qu'il vivait dans la maison de son père, il a aidé en protégeant leurs biens en tant que gardien. La raison pour laquelle c'est Fafnir qui a été choisi pour ce travail est que Fafnir était le plus fort et le plus agressif des trois frères. Comme Hreidmar était le roi des nains, il avait une bonne dose de richesse et leur maison était faite d'or étincelant et de pierres précieuses clignotantes.

 

Fafnir le dragon

Regin prit sa harpe, et ses doigts frappèrent les cordes ; et la musique qui en sortit résonnait comme le gémissement du vent d'hiver à travers les cimes des arbres morts de la forêt. Et le chant qu'il chantait était plein de chagrin et d'un désir ardent et désespéré de ce qui ne devait pas arriver. Quand il eut cessé, Siegfried dit...
"C'était en effet une chanson triste à chanter pour celui qui voit ses espoirs si près de se réaliser. Pourquoi êtes-vous si triste ? Est-ce parce que vous craignez la malédiction que vous avez prise sur vous ? ou est-ce parce que vous ne savez pas ce que vous allez faire d'un si vaste trésor, et que sa possession commence déjà à vous troubler ?

"Oh, nombreuses sont les choses que je ferai avec ce trésor !" répondit Regin ; et ses yeux brillèrent sauvagement, et son visage devint rouge et pâle. "Je transformerai l'hiver en été, je ferai la joie des lieux déserts, je ramènerai l'âge d'or, je me ferai Dieu, car la sagesse et les richesses du monde seront à moi. Et pourtant, je crains" -
"De quoi avez-vous peur ?"
"La bague, la bague - elle est maudite ! Les Nornes aussi ont parlé, et mon sort est connu. Je ne peux y échapper."
"Les Nornes ont tissé la trame de la vie de chaque homme", répondit Siegfried. "Demain, nous nous dirigeons vers la lande scintillante, et la fin sera comme les Nornes l'ont dit.

Ainsi, tôt le lendemain matin, Siegfried monta sur Greyfell et se dirigea vers la terre désertique qui s'étendait au-delà de la forêt et de la chaîne de montagnes stérile ; et Regin, les yeux brillants de désir et les pieds jamais fatigués, se traîna à ses côtés. Pendant sept jours, ils se frayèrent un chemin à travers l'épaisse forêt verte, dormant la nuit sur le sol nu sous les arbres, tandis que les loups et autres bêtes sauvages de la forêt remplissaient l'air de leurs hurlements hideux. Mais aucune créature malfaisante n'osait s'approcher d'eux, par crainte des faisceaux lumineux qui tombaient de la crinière étincelante de Greyfell. Le huitième jour, ils arrivèrent en pleine campagne et sur les collines, où la terre était couverte de boules noires et brisée par des gouffres béants. On n'y voyait aucun être vivant, pas même un insecte, ni un brin d'herbe, et le silence de la tombe était total. Et la terre était sèche et desséchée, et le soleil était suspendu au-dessus d'eux comme un bouclier peint dans un ciel bleu-noir, et il n'y avait ni ombre ni eau nulle part. Mais Siegfried continua à rouler dans la direction indiquée par Regin et ne faiblit pas, même s'il s'évanouit sous l'effet de la soif et de la chaleur accablante. Vers le soir du lendemain, ils arrivèrent à une sombre paroi de montagne qui s'étendait de chaque côté et s'élevait au-dessus d'eux, si raide qu'elle semblait fermer le chemin et leur interdire d'aller plus loin.

"C'est le mur !" s'écria Regin. "Au-delà de cette montagne se trouve la lande scintillante, et le but de tous mes espoirs." Et le petit vieux courut en avant, escalada le flanc rugueux de la montagne et atteignit son sommet, tandis que Siegfried et Greyfell peinaient encore parmi les rochers à son pied. Lentement et péniblement, ils grimpèrent la pente raide, parfois en suivant un chemin étroit qui serpentait le long du bord d'un précipice, parfois en sautant d'un rocher à l'autre, ou par une gorge profonde, et parfois en se frayant un chemin parmi les rochers et les falaises. Le soleil se couchait enfin, et les étoiles apparaissaient une à une ; et la lune se levait, ronde et rouge, lorsque Siegfried se tenait à côté de Regin, et regardait du sommet de la montagne la lande scintillante qui se trouvait au-delà. Et c'est une scène étrange, bizarre, qui a rencontré sa vue. Au pied de la montagne se trouvait une rivière, blanche et froide et immobile ; et au-delà, une plaine lisse et stérile, silencieuse et solitaire au clair de lune pâle. Mais au loin, on voyait un cercle de flammes vacillantes, toujours changeantes, qui s'illuminaient, s'éteignaient et brillaient d'une lumière froide et terne, comme la lueur du ver luisant ou du feu de renard. Et alors que Siegfried regardait la scène, il vit la faible silhouette d'un monstre hideux se déplaçant ici et là, et semblant d'autant plus terrible dans la lumière incertaine.

"C'est lui", murmura Regin, ses lèvres étaient pâles comme de la cendre et ses genoux tremblaient sous lui. "C'est Fafnir, et il porte le casque de la terreur ! Ne devrions-nous pas retourner à la forge de la grande forêt, et à la vie de facilité et de sécurité qui peut y être la nôtre ? Ou bien préférerez-vous aller de l'avant et rencontrer la Terreur dans sa demeure ?"
"Seuls les lâches renoncent à une entreprise une fois qu'elle a été commencée", répondit Siegfried. "Retournez vous-même en Rhénanie, si vous avez peur ; mais vous devez y aller seul. Tu m'as amené jusqu'ici pour rencontrer le dragon de la lande, pour gagner le trésor des elfes basanés et pour débarrasser le monde d'un mal terrible. Avant le coucher d'un autre soleil, l'acte que tu m'as demandé de faire sera accompli".

Puis il s'élança sur le versant est de la montagne, laissant derrière lui Greyfell et le tremblement de Regin. Bientôt, il se tint sur les rives de la rivière blanche, qui se trouvait entre la montagne et la lande ; mais le ruisseau était profond et lent, et le canal était très large. Il s'arrêta un instant, se demandant comment il allait traverser ; et l'air semblait chargé de vapeurs mortelles, et l'eau était épaisse et froide. Alors qu'il était ainsi en pensée, une barque sortit silencieusement de la brume et s'approcha ; le batelier se leva et l'appela, en lui disant

"Quel est l'homme qui ose venir sur cette terre de solitude et de peur ?"
"Je suis Siegfried, répondit le garçon, et je suis venu pour tuer Fafnir, la Terreur.
"Assieds-toi dans ma barque", dit le batelier, "et je te porterai de l'autre côté du fleuve."
Et Siegfried s'assit à côté du batelier ; et sans l'aide d'une rame, et sans un souffle d'air pour le faire avancer, le petit bateau se retourna, et se dirigea silencieusement vers la rive la plus éloignée.
"De quelle manière allez-vous combattre le dragon ?" demanda le batelier.
"Avec ma fidèle épée Balmung, je le tuerai", répondit Siegfried.
"Mais il porte le casque de la terreur, et il respire des poisons mortels, et ses yeux s'élancent en éclairs, et aucun homme ne peut résister à sa force", dit le batelier.
"Je trouverai un moyen de le vaincre."

"Alors, soyez sages et écoutez-moi", dit le batelier. "En remontant du fleuve, vous trouverez une route, usée et lisse, qui part du bord de l'eau et qui serpente sur la lande. C'est la piste de Fafnir, qu'il vient chaque jour à l'aube pour étancher sa soif à la rivière. Creusez-vous une fosse dans cette route, - une fosse étroite et profonde, - et cachez-vous dedans. Le matin, quand Fafnir passe dessus, laissez-le sentir le bord de Balmung".
Lorsque l'homme a cessé de parler, le bateau a touché le rivage et Siegfried a sauté. Il se retourna pour remercier son ami inconnu, mais ni le bateau ni le batelier n'étaient visibles. Seule une fine brume blanche s'élevait lentement de la surface froide du ruisseau, et flottait vers le haut et au loin vers les sommets des montagnes. Le garçon se souvint alors que l'étrange batelier avait porté un capuchon bleu orné d'étoiles dorées, qu'une couronne grise avait été jetée sur ses épaules et que son œil unique brillait et scintillait d'une lumière plus qu'humaine. Et il savait qu'il avait de nouveau parlé avec Odin. Alors, avec un cœur plus courageux qu'auparavant, il avança, le long de la rive du fleuve, jusqu'à ce qu'il arrive sur la piste de Fafnir, - un large et profond sillon dans la terre, commençant au bord du fleuve, et serpentant au loin sur la lande, jusqu'à ce qu'elle soit perdue de vue dans l'obscurité. Le fond de la piste était doux et gluant, et ses côtés avaient été usés par les fréquents voyages de Fafnir à travers elle.

Sur cette route, à un point non loin de la rivière, Siegfried, avec sa fidèle épée Balmung, creusa une fosse profonde et étroite, comme Odin l'avait ordonné. Et lorsque l'aube grise commença à apparaître à l'est, il se cacha dans cette tranchée et attendit la venue du monstre. Il ne tarda pas à attendre, car à peine le ciel avait-il commencé à rougir à la lumière du soleil levant que l'on entendit le dragon s'agiter. Siegfried sortit de sa cachette avec un regard inquiet et le vit arriver au bout de la route, se dépêchant de courir pour étancher sa soif à la rivière paresseuse, et se hâter de retrouver son or ; le bruit qu'il fit était comme le piétinement de plusieurs pieds et le tintement de plusieurs chaînes. Les yeux injectés de sang, la bouche béante et les narines enflammées, la créature hideuse se précipita. Ses griffes acérées et recourbées s'enfonçaient profondément dans la terre meuble, et ses ailes de chauve-souris, mi-traînantes sur le sol, mi- battant des ailes en l'air, produisaient un son semblable à celui que l'on entend lorsque Thor monte dans son char tiré par des chèvres au-dessus des sombres nuages de tonnerre. Ce fut un moment terrible pour Siegfried, mais il n'eut pas peur pour autant. Il s'accroupit dans sa cachette, et la lame nue du fidèle Balmung scintillait dans la lumière du matin.

Les pieds se précipitèrent et les ailes battirent : la lueur rouge des narines flamboyantes du monstre éclaira la tranchée où reposait Siegfried. Il entendit un grondement et un bousculade comme le bruit d'un tourbillon dans la forêt ; puis une masse noire et encreuse roula au-dessus de lui, et tout était sombre. C'était maintenant l'occasion pour Siegfried. Un moment, le bord lumineux de Balmung brilla dans l'obscurité, puis il frappa le cœur de Fafnir en passant. Certains hommes disent qu'Odin était assis dans la fosse avec Siegfried, et qu'il a renforcé son bras et dirigé son épée, sinon il n'aurait pas pu ainsi tuer la Terreur. Mais, quoi qu'il en soit, la victoire fut vite acquise. Le monstre s'arrêta net, alors que la moitié de son long corps avait glissé sur la fosse ; car la mort soudaine l'avait rattrapé. Sa tête affreuse tomba sans vie sur le sol ; ses ailes froides battirent une fois, puis s'étendirent de chaque côté, tremblantes et impuissantes ; et des torrents d'épais sang noir coulèrent de son coeur, à travers la blessure en dessous, et remplirent la tranchée dans laquelle Siegfried était caché, et s'écoulèrent comme un torrent de montagne sur la route vers la rivière. Siegfried était couvert de la tête aux pieds de ce liquide visqueux, et, s'il n'avait pas rapidement sauté de sa cachette, il aurait été noyé dans le courant rapide.

 

La mort de Fafnir

Le soleil brillant s'est levé à l'est, et a doré les sommets des montagnes, et est tombé sur les eaux calmes de la rivière, et a éclairé les plaines sans arbres autour. Le vent du sud jouait doucement sur les joues et les cheveux longs de Siegfried, alors qu'il se tenait debout pour contempler son ennemi tombé. Et le bruit des oiseaux qui chantent, des eaux qui ondulent et des insectes gais - comme cela n'avait pas été le cas depuis des lustres dans la lande scintillante - lui parvint aux oreilles. La Terreur était morte, et la Nature s'était réveillée de son sommeil d'épouvante.

Alors que le garçon s'appuyait sur son épée et pensait à l'acte qu'il avait accompli, voici que la brillante Greyfell, à la crinière rayonnante et pleine d'espoir, ayant traversé le fleuve désormais brillant, se tenait à ses côtés. Et Regin, dont le visage devenait merveilleusement froid, arriva à travers les prairies ; et son coeur était plein de ruse. Alors les vautours des montagnes descendirent en roulant pour regarder le dragon mort, et avec eux deux corbeaux noirs comme la nuit. Et quand Siegfried vit ces corbeaux, il sut que c'étaient les oiseaux d'Odin, -Hugin, pensa, et Munin, se souvint. Et ils se posèrent sur le sol tout près, et le garçon écouta ce qu'ils disaient.

Puis Hugin a battu des ailes et a dit...
"L'acte est fait. Pourquoi le héros s'attarde-t-il ?"
Et Munin a dit,-
"Le monde est vaste. La gloire attend le héros."
Et Hugin répondit,-
"Et s'il gagnait le magot des elfes ? Ce n'est pas de l'honneur. Qu'il cherche la gloire par des actes plus nobles."
Puis Munin passa devant son oreille, et murmura,-
"Méfiez-vous de Regin, le maître ! Son cœur est empoisonné. Il serait ton fléau."
Et les deux oiseaux s'envolèrent pour porter la nouvelle à Odin dans les joyeuses salles de Gladsheim.
Lorsque Regin s'approcha pour regarder le dragon, Siegfried l'accosta gentiment, mais il ne semblait pas entendre, et un serpent à paillettes se cachait dans ses yeux, sa bouche était sèche, et il semblait marcher dans un rêve.
"C'est à moi maintenant", murmura-t-il : "Tout est à moi maintenant", murmura-t-il, "le trésor des elfes basanés, la sagesse acquise au cours des siècles". La force du monde est à moi. Je garderai, je sauverai, j'amasserai, et nul ne pourra avoir une partie ou une parcelle du trésor qui est à moi seul."

Alors ses yeux tombèrent sur Siegfried ; ses joues s'assombrirent de colère et il s'écria : "Pourquoi es-tu ici, sur mon chemin ? Je suis le seigneur de la lande scintillante : Je suis le maître de la Trémie. Je suis le maître, et tu es mon esclave."
Siegfried s'interrogeait sur le changement qui s'était produit chez son vieux maître ; mais il ne faisait que sourire à ses étranges paroles, et ne répondait pas.
"Tu as tué mon frère !" Regin pleura, son visage devint terriblement noir et sa bouche s'écuma de rage.
"C'était mon acte et le tien", répondit calmement Siegfried. "J'ai débarrassé le monde d'une Terreur : J'ai redressé une grave injustice."

"Tu as tué mon frère", dit Regin, "et tu paieras une rançon de meurtrier !"
"Prends le trésor pour ta rançon, et que chacun de nous suive son chemin", dit le garçon.
"Le butin est à moi de plein droit", répondit Regin avec encore plus de colère. "Je suis le maître, et tu es mon esclave. Pourquoi te mettre en travers de mon chemin ?"
Puis, aveuglé par la folie, il se précipita sur Siegfried comme pour l'abattre ; mais son pied glissa dans une flaque de gore, et il se jeta tête baissée contre le bord tranchant de Balmung. Ce mouvement fut si soudain, et si inattendu, que l'épée fut arrachée de la main de Siegfried et tomba d'un coup sourd dans la fosse pleine de sang qui se trouvait devant lui, tandis que Regin, tué par sa propre témérité, s'enfonçait mort sur le sol. Plein d'horreur, Siegfried se détourna et monta sur Greyfell.

"C'est un lieu de sang", dit-il, "et le chemin de la gloire ne passe pas par là. Laissons le Tréteau s'étendre encore sur la Lande scintillante : Je m'en irai d'ici, et le monde me connaîtra pour de meilleures actions que celle-ci."
Il tourna le dos à cette scène effrayante et s'en alla ; et si vite Greyfell le transporta sur la terre déserte et les montagnes désertes, que, la nuit venue, ils se tinrent sur le rivage de la grande mer du Nord, et les vagues blanches se brisèrent à leurs pieds. Le garçon resta longtemps assis en silence sur le sable blanc et chaud de la plage, et Greyfell l'attendait à ses côtés. Il regarda les étoiles sortir une à une, et la lune, qui s'élevait en rond et pâlissait, se déplaçait comme une reine dans le ciel. Et la nuit s'écoula, les étoiles devinrent pâles, et la lune s'enfonça pour se reposer dans le désert des eaux. Et à l'aube, Siegfried regarda vers l'ouest, et à mi-chemin entre le ciel et la mer, il crut voir les sommets sombres des montagnes suspendues au-dessus d'une terre de brume qui semblait flotter au bord de la mer.

Pendant qu'il regardait, un bateau blanc, avec des voiles bien installées, vint à toute allure au-dessus des eaux en direction de lui. Il s'approchait de plus en plus, et les marins se reposaient sur leurs rames alors qu'il glissait dans le port tranquille. Un ménestrel, à la longue barbe blanche flottant au vent, s'assit à la proue ; et la douce musique de sa harpe s'envola comme de l'encens vers le rivage. Le navire toucha le sable : ses voiles blanches se déferlèrent comme par magie, et l'équipage bondit sur la plage.
"Hail, Siegfried the Golden !" s'écria le harpeur. "Où allez-vous en cette journée d'été ?"
"Je viens d'un pays d'horreur et de terreur, répondit le jeune homme, et je m'en irais vers un pays plus lumineux.
"Alors viens avec moi pour réveiller la terre de son sommeil, et pour revêtir les champs de leurs beaux habits", dit le harpeur. Et il toucha les cordes de sa harpe, et des accents de la musique la plus douce s'élevèrent dans l'air calme du matin. Et Siegfried se tenait envoûté, car jamais auparavant il n'avait entendu une telle musique.
"Dis-moi qui tu es", s'écria-t-il, quand les sons s'éteignirent. "Dis-moi qui tu es, et j'irai avec toi jusqu'au bout du monde."

"Je suis Bragi", répondit le harpeur en souriant. Et Siegfried remarqua alors que le navire était chargé de fleurs de toutes les teintes, et que des milliers d'oiseaux chanteurs tournaient autour et au-dessus de lui, remplissant l'air du son de leurs joyeux gazouillis.
Aujourd'hui, Bragi était le plus doux des musiciens du monde entier. Certains disaient que sa maison était avec les oiseaux chanteurs, et qu'il avait appris son talent grâce à eux. Mais ce n'était là qu'une partie de la vérité : car partout où il y avait de la beauté ou de la beauté, ou des choses nobles et pures, il y avait Bragi ; et sa merveilleuse puissance dans la musique et le chant n'était que le signe extérieur d'une âme irréprochable. Lorsqu'il touchait les cordes de sa harpe dorée, toute la nature était envoûtée par cette douce harmonie : les bêtes sauvages des bois s'approchaient pour écouter, les oiseaux s'arrêtaient dans leur vol, les vagues de la mer étaient calmées et les vents étouffés, la cascade bondissante était immobile et le torrent impétueux s'attardait dans son lit, les elfes oubliaient leurs trésors cachés et se joignaient à la danse silencieuse autour de lui, et les ström-karls et les musiciens des bois essayaient vainement de l'imiter. Et il était aussi juste dans ses paroles qu'il était habile dans ses chansons.

Ses paroles étaient si persuasives qu'il était connu pour appeler les poissons de la mer, pour déplacer de grands rochers sans vie et, ce qui est plus difficile, les cœurs des rois. Il comprenait la voix des oiseaux, le murmure de la brise, le murmure des vagues et le grondement des cascades. Il connaissait la longueur et la largeur de la terre, les secrets de la mer et le langage des étoiles. Et chaque jour, il parlait avec Odin le Tout-Père, et avec les sages et les bons dans les salles ensoleillées de Gladsheim. Et une fois par an, il se rendait dans les terres du Nord, et réveillait la terre de son long sommeil d'hiver, et répandait partout la musique, les sourires et la beauté. Siegfried accepta volontiers de naviguer avec Bragi sur la mer, car il craignait que le brillant Asa-Dieu ne soit un guide très différent de l'astucieux Regin aux yeux malicieux. Il embarqua donc avec Bragi, et le brillant Greyfell les suivit, et les marins s'assirent à leurs rames. Et Bragi se tenait à la proue, et touchait les cordes de sa harpe. Et, comme la musique s'élevait, les voiles blanches s'élevèrent sur les mâts, et une chaude brise du sud se mit à souffler ; et le petit vaisseau, agité par les sons doux et l'encens du printemps, s'élança avec joie sur la mer.

Fafnir le dragon de James Baldwin

DRAGON NEWS
DRAGON NEWS


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Zmei

par DRAGON NEWS juillet 27, 2020

Voir l'article entier
Le Balaur
Le Balaur

par DRAGON NEWS juillet 13, 2020

Voir l'article entier
Bolla Mythologie Albanaise
Bolla Mythologie Albanaise

par DRAGON NEWS juillet 06, 2020

Voir l'article entier
Guide des tailles

VOTRE TAILLE DE BAGUE RAPIDE

 

guide-taille-de-bague

taille-de-bague-rapide

GUIDE DE TAILLE - BRACELETS ET BAGUES DRAGONS

 

La méthode est relativement simple, téléchargez les guides et assurez-vous de les imprimer en format A4 complet.
Cliquez ici -> 
guide des tailles 

 

COMMENT MESURER VOTRE TAILLE DE DOIGT ?

 

Il est essentiel de connaître la taille de votre doigt avant de faire votre achat.

Téléchargez Votre Feuille a imprimer ->  guide des tailles pour bagues ici.

Vous pouvez déterminer votre taille en utilisant un anneau parfaitement ajusté ou en mesurant la taille de votre doigt.