Bolla Mythologie Albanaise

par DRAGON NEWS juillet 06, 2020

Bolla Mythologie Albanaise

Description

Le bolla est un dragon qui est généralement représenté avec un corps long, enroulé et serpentin, quatre pattes et de petites ailes. À sa douzième année, le bolla évolue en poussant neuf langues, des cornes, des épines et des ailes plus grandes. À cette époque, il apprend à utiliser ses capacités de respiration du feu, autrefois cachées, et est maintenant appelé un Kulshedra.

Le Kulshedra est parfois aussi représenté comme une énorme femme au corps poilu et aux seins pendants.

Lorsque le temps devient mauvais, que des nuages noirs se forment et que de violents orages éclatent, on pense que le kulshedra se trouve à proximité. Une drangue peut contrer son pouvoir destructeur en chassant les tempêtes.
Le kulshedra ou kuçedra est un démon d'eau, de tempête, de feu et de chthon dans la mythologie et le folklore albanais, généralement représenté comme un énorme dragon serpentin femelle à plusieurs têtes. On pense que le kulshedra crache du feu, provoque des sécheresses, des tempêtes, des inondations, des tremblements de terre et d'autres catastrophes naturelles contre l'humanité. Dans la mythologie albanaise, elle est généralement combattue et vaincue par une drangue, un héros divin ailé semi-humain et protecteur de l'humanité. On pense que les orages violents sont le résultat de leurs combats.

Dans les croyances nordiques, les kulshedras peuvent prendre possession du soleil et de la lune. Dans les croyances du sud, elle est décrite comme un énorme serpent femelle qui entoure le monde. Selon cette version, si jamais elle touchait sa queue avec sa bouche, elle pourrait détruire le monde entier. On dit qu'elle exige des sacrifices humains pour avoir accepté de repousser les catastrophes naturelles et les désastres.

Selon les croyances populaires, le premier stade du kulshedra est le bolla, qui a l'apparence d'un serpent démoniaque aquatique et chthonique. Les yeux du bolla restent fermés pendant toute l'année, sauf le jour de la Saint Georges, où il regarde le monde et dévorera tout humain à sa vue. Le bolla finira par se transformer en kulshedra s'il vit de nombreuses années sans être vu par un humain. Le bollar et l'errshaja sont considérés comme des formes intermédiaires de ce serpent qui subit une série de métamorphoses. Ces termes signifient également serpents ; le terme bollar étant simplement un synonyme de bolla dans le sud de l'Albanie. Dans certaines régions, le kulshedra est représenté comme une anguille femelle, une tortue, une grenouille, un lézard ou une salamandre.

Le kulshedra peut également apparaître sous la forme d'une femme, qui garde sa vraie nature cachée. En tant que figure divine semi-humaine, elle possède également des qualités positives qui ressortent indirectement des contes, des croyances et des rituels albanais. On dit que le village où vit la kulchédra connaît une grande prospérité dans le domaine de l'agriculture et de l'élevage. En effet, elle absorbe par son haleine des denrées alimentaires de partout, et ses villageois vivent, tandis que les villages concernés deviennent pauvres et ne prospèrent pas. Selon les croyances populaires, les gens avaient l'habitude de lui faire des sacrifices pour qu'elle puisse leur apporter du bien et arrêter toute action néfaste.

 

Noms

The term bolla is etymologically related to Greek Φάλη, Φάλαινα 'monster, whale,' (although the relationship is not certain).

Kulshedra (kulshedër; def. kulshedra) or kuceder (kuçedër; def. kuçedra) derives from the Latin chersydrus, roughly meaning an "amphibious snake".

The term bullar is given as a Southern Albanian variant by some sources.

 

Origine du myth

La bataille légendaire d'une divinité héroïque associée au tonnerre et au temps, comme la drangue, qui combat et tue un énorme serpent à plusieurs têtes associé à l'eau et aux tempêtes, comme le kulshedra, a été préservée d'un motif commun de la mythologie indo-européenne. Des personnages similaires portant des noms différents mais ayant les mêmes motifs représentant la dichotomie du "bien et du mal" - principalement reflétée par la protection de la communauté contre les tempêtes - se retrouvent également dans le folklore d'autres peuples des Balkans.

 

Bolla

On dit que le bolla reste fermé jusqu'à la Saint Georges, où il regarde le monde et dévorera tout humain qui s'en approche. Le folklore explique que Saint-Georges avait maudit la bête pour qu'elle soit aveugle à tout jamais, sauf le jour de sa fête.

 

kulsheda

Kulshedra est généralement considérée comme un dragon femelle, comme une forme de serpent à plusieurs têtes, mais on sait qu'elle a des seins pendants et tombants qui touchent le sol, c'est pourquoi certains commentateurs allemands ont déclaré qu'elle pourrait aussi être considérée comme une sorcière. On dit en outre que Kulshedra est couverte de poils roux laineux, qu'elle a une longue queue et qu'elle a sept à douze têtes. On dit aussi qu'elle crache du feu. Le lait et l'urine de Kulchédra sont considérés comme des poisons. Kulchédra peut également apparaître sous l'apparence d'une femme humaine ; son apparition sous l'apparence d'une femme ordinaire connue localement, par exemple à Dukagjini, au Kosovo. Elle peut également apparaître sous la forme d'un lézard, d'une tortue, d'une grenouille ou d'une salamandre femelle.

En même temps, le kulshedra est largement considéré comme un démon de la tempête ; on pense que le kulshedra est à l'origine de la sécheresse et d'autres problèmes liés à l'eau pour l'humanité, tels que les torrents, les tempêtes, les pénuries d'eau, les grosses tempêtes, les inondations ou autres catastrophes naturelles. Souvent, pour l'apaiser, un sacrifice humain doit être fait, comme en témoigne le récit du héros Qerosi ("Tête de mort").

Dans les croyances du Sud, elle est décrite comme un énorme serpent féminin qui entoure le monde. Selon cette version, si jamais elle touchait sa queue avec sa bouche, elle pourrait détruire le monde entier. Dans les croyances du nord, le kulshedra peut prendre possession du soleil et de la lune. Pour effrayer le démon, les tribus albanaises avaient l'habitude de tirer dans le ciel ou de provoquer un grand bruit avec des objets métalliques, même en faisant sonner les cloches des églises.

"La forme masculine, appelée Kulshedër, agit comme un diable".

 

Métamorphose

Selon la croyance populaire, un serpent, après avoir vécu un certain nombre d'années, se métamorphose en bolla et finit par devenir le monstrueux kulshedra. La croyance selon laquelle un ancien serpent devient un dragon n'est pas unique à la culture albanaise, et des croyances similaires se retrouvent par exemple en Hongrie et en Roumanie, comme l'a souligné Robert Elsie.

Dans la ville kosovare de Prishtina, le kulshedra commence sa vie comme un être invisible pour l'humanité pendant les douze premières années de sa vie, après quoi il se transforme en bolla ("une sorte de serpent"), et ensuite, il se voit pousser des ailes, devient poilu et commence à combattre la drangue (dragúa). Mais le folklore de Malaisie et de la chaîne de montagnes du nord de l'Albanie prévoit un cycle de vie plus complexe : lorsque le serpent parvient à vivre cinquante ans sans être remarqué par personne, il devient un taureau, un reptile qui donne du lait aux serpents, dont ces derniers tirent leur poison. S'il vit encore cinquante ans sans être vu, il devient un ershaj qui s'enroule autour du cou de sa victime humaine, lui perce la poitrine et lui mange le cœur. Lorsqu'un ershaj (er̄šaj) vit encore un siècle sans être vu, il devient finalement un kulshedra.

À Tirana, on disait que le kulshedra commençait sa vie comme un être caché dans un trou sombre qui devenait un serpent au bout de six mois ; le serpent devait grandir six mois de plus avant de montrer le comportement pour lequel on pouvait l'appeler correctement un kulshedra. Dans la tribu albanaise des Kastrati, on croyait qu'un serpent aperçu par un troglodyte perdait sa capacité à se transformer en kulshedra.

 

Battaile avec Dragùa

Dragùa, parfois appelé drangue ou drangoni, est le conquérant masculin du monstre féminin kulshedra, qu'il doit combattre jusqu'à la mort dans les croyances collectives. Leur but premier dans la vie est de combattre et de tuer les Kulshedras. Ils passent donc une grande partie de leur jeunesse à faire de l'exercice et à courir partout, afin d'apprendre à éviter l'urine et le lait des kulshedras. Lorsqu'ils sentent un koulshedra approcher, les dragùas "deviennent complètement fous et leurs âmes quittent leurs corps en préparation de la bataille à venir". Lorsqu'un humain est attaqué, les dragùa "volent à leur secours et tuent les kulshedra en les bombardant de coups de matraque, de charrues, de jougs, de lances et de pierres, et même d'arbres et de maisons déracinés". De telles attaques sont considérées par les humains comme des éclairs". On pense que les orages violents sont le résultat de la bataille.

Les dragùas, même en bas âge, utilisent le berceau pour se protéger des attaques des kulshedras, qui consistent en son urine et le lait toxique de ses seins. Ils utilisent également ce berceau comme arme.

Dans le nord de l'Albanie, les deux sont considérés comme se battant perpétuellement dans le coude du Drani, dans la chaîne de montagnes du nord. Mais certains folklores parlent de la dragùa accomplissant la destruction de kulshedra par noyade, et en Albanie centrale, on dit que le héros l'a noyée, l'a assommée en lui jetant des arbres et des rochers, et l'a ensuite noyée dans le Shkumbin, une rivière du centre de l'Albanie.

Les Dragùas ne sont pas les seuls êtres à avoir vaincu Kulshedra. Il existe de nombreux contes (voir : Contes populaires et autres histoires avec Kulchédra) dans lesquels des saints et des héros de contes populaires non identifiés comme des dragùas ont vaincu Kulchédra.

DRAGON NEWS
DRAGON NEWS


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Zmei

par DRAGON NEWS juillet 27, 2020

Voir l'article entier
Fáfnir le Dragon
Fáfnir le Dragon

par DRAGON NEWS juillet 20, 2020

Voir l'article entier
Le Balaur
Le Balaur

par DRAGON NEWS juillet 13, 2020

Voir l'article entier
Guide des tailles

VOTRE TAILLE DE BAGUE RAPIDE

 

guide-taille-de-bague

taille-de-bague-rapide

GUIDE DE TAILLE - BRACELETS ET BAGUES DRAGONS

 

La méthode est relativement simple, téléchargez les guides et assurez-vous de les imprimer en format A4 complet.
Cliquez ici -> 
guide des tailles 

 

COMMENT MESURER VOTRE TAILLE DE DOIGT ?

 

Il est essentiel de connaître la taille de votre doigt avant de faire votre achat.

Téléchargez Votre Feuille a imprimer ->  guide des tailles pour bagues ici.

Vous pouvez déterminer votre taille en utilisant un anneau parfaitement ajusté ou en mesurant la taille de votre doigt.